remplacer par votre propre pub
english
DECOUVREZ WALLIS !           AccueilServicesTarifsContact

discoverVisite de l'île
discoverActivités
discoverGéographie
discoverHistoire
discoverArtisanat

discoverInfos utiles



DECOUVREZ
  • album photo
  • évenements
  • Photos de Wallis et Futuna
Gallerie Photo




 


Remise Hôtels pour les plongeurs

discount


 
Bienvenue à Wallis !  
 

Ile de Wallis
Petite île située en plein coeur du pacifique à 2800 kms de Tahiti et 2100 kms de la Nouvelle Calédonie.

L'île de Wallis, dont le nom vernaculaire est Uvea, est une île encore préservée et surprend les visiteurs par son authenticité et l'accueil chaleureux de ses habitants.

Le centre de plongée Evasion Bleue est situé dans le sud de l'île en bord de mer dans le village d'Halalo. Halalo est un village de pêcheurs et tous les soirs de petites embarcations partent en mer pour une pêche à la palangrotte. Les enfants aiment venir s'y baigner alors que de superbes couchers de soleil embrasent l'horizon. Ici, vous vous sentirez en famille dans une ambiance typiquement wallisienne : un fale traditionnel, la maison locale avec toît de pandanus, qui sert aussi bien de salle de réunion que de salle de repas, un local technique, une douche avec lavabo, des toilettes, un deck avec des bacs de rinçage et quelques hamacs à l'ombre des pandanus!


 
Portrait  
 
Pascal Nicomette

Je m'appele Pascal Nicomette, je suis moniteur de plongéeBEES1 et MF1.

Il y a quelques années, nous avons créé avec ma femme Palepa, un centre nautique afin de faire découvrir les merveilleux fonds sous-marins de Wallis et aussi pour vous faire goûter à la vie des îles dans un cadre authentique.

palepa et pascal à Fidji
.

 
Un grand choix de plongées !  
 

 

Nous vous proposons un grand choix de plongées. Les paysages sous-marins de Wallis sont très variés. A chaque plongée, une nouvelle découverte ! Plongées dans les passes, dans les nombreuses failles de la côte ouest, dans la grotte aux langoustes, sur les ancres des baleiniers, sur les barges ou le ponton US, sur les coraux mous du tombant des Lépreux, plongées dérivantes, plongées de nuit ... nous varions les plaisirs.

Consultez la carte des spots de plongéelogomap

 

 
Les ancres des baleiniers  
 


Le tombant des Lépreux, au sud de Wallis est riche en explorations de tout genre. C'est tout d'abord un spot idéal pour les plongées de nuit, car sécurisant, ensuite le tombant propose de belles espèces de coraux mous et les rencontres insolites comme les perroquets à bosse ou les raies manta et raies aigle, ne sont pas rares. Mais c'est surtout le spot des ancres des baleiniers, posés sur un fond de 40 m. Majestueuses, imposantes, elles nous ramènent à l'histoire. Les premiers baleiniers sont arrivés à Wallis vers 1828. Après avoir epuisé les réserves de baleines en Atlantique, ils écument le Pacifique dés 1789. Ces grands trois mats auraient inspiré le mot "papalagi" (planches qui montent vers le ciel) qui s'applique à tous les étrangers. Ils viennent à Wallis pour chercher un peu de repos, du bois de chauffe, du ravitaillement. Aujourd'hui, tout du moins en ce qui me concerne, ils ne seraient pas les bienvenus, la pêche à la baleine en 2011 doit être bannie de cette planète. A l'époque, ces rudes gaillards qui viennent de passer plusieurs mois en mer, commettent parfois des exactions, et les représailles locales sont violentes, comme ce bateau anglais "l'Oldham" dont l'équipage qui avait commis quelques méfaits dans le sud de l'île a été entièrement massacré. Pourquoi ces ancres sont-elles restées au fond ? le bateau a-t'il coulé ? après une tempête ? après un incendie ? l'ancre s'est-elle engagée ? était-elle trop lourde à remonter ? à cette époque le guideau électrique n'existait pas !
et en considérant la masse des ancres que l'on a retrouvé, cette dernière possibilité nous semble la plus probable.
Nous avons découvert ainsi une dizaine d'ancres dans le secteur de l'îlot de la passe et du tombant des Lépreux. Certaines, ont leur chaine déroulée sur des dizaines de mètres. Les maillons sont de taille impressionnante !
Parfois, un grand barracuda vient nous voir, ou une pointe blanche, et dernièrement une raie manta venue faire sa belle au dessus de nos têtes ! mais surtout voilà l'occasion de descendre à 40m en remontant le temps ! l


.ancre

Photo : Gérard Maechler

 

 

baleine Un coup du destin ?  
 


baleineMarc agite frénétiquement son doigt en direction du bleu. Je suis un peu surpris, lui d’habitude si calme et serein dans l’eau, comme un vrai niveau 4 quoi !…
Quelque chose d’inhabituel se passe…je regarde dans la direction et je vois une forme avancer vers nous. Une raie manta ?
cela semble plus gros. On dirait… non, ce n’est quand même pas…une ?…non !! ce n’est pas possible !!!!?? c’est une…. !!

Ce lundi après-midi 8 juillet, le vent est tombé. C’est bon signe pour la plongée du début de semaine. Il est vrai que la météo de la semaine dernière
ne nous a pas vraiment gâtés. Le lundi après-midi, c’est la plongée des habitués, comme Ivan et Stéphanie. Mais Ivan s’est désisté suite à un problème de voiture, et Stéphanie a également décommandé. Marc, en mission au service de dialyse de l’hôpital, s’est inscrit pour son jour de repos, ainsi que Fred, gendarme mobile, lui-aussi en mission à Wallis. Malgré les désistements, je décide de maintenir la plongée, et puis comme il  fait beau et que le vent est tombé : pourquoi ne pas aller plonger du côté d’Honikulu ? sur le spot appelé « coral land ». Un spot que ne connaissent pas les deux plongeurs. Nous l’avons baptisé ainsi tant la quantité de coraux y est impressionnante. C’est aussi, parfois, l’occasion d’y faire de belles rencontres ! en atténuant quand même mon enthousiasme par un « mais c’est tout ou rien ! »  La mer est calme bien qu’un peu « houleuse » et nous ancrons sur un fond de 10m. J’ai décidé de plonger, bien que Marc, Niveau 4, puisse très bien assurer la plongée avec Fred, niveau 1, mais j’ai trop envie de plonger, et la visibilité semble excellente. Je descends vérifier l’ancre, puis remonte le long du mouillage jusqu’à 5m. Marc et Fred me rejoignent avec un « ok » rassurant et tout s’enchaine… Marc agite frénétiquement son doigt vers le bleu lointain… une forme avance…un raie manta ? non ! mon dieu !! c’est une… baleine !!! une baleine à bosse !! elle est énorme !!! non ! pas une… mais deux baleines à bosse qui viennent dans notre direction ! et s’approchent de nous. Nous restons pétrifiés, dans l’émotion et dans un peu de crainte je dois le  dire. Les colosses sont impressionnants ! à une dizaine de mètres. C’est irréel, majestueux, beau, tellement beau ! et tellement improbable. Marc se ressaisit et allume son appareil photo, bien que  la scène semble se passer au ralenti, l’instant est furtif. Les baleines glissent dans l’eau, comme  un vaisseau spatial, et nous regardent avec un œil amusé, sans doute au départ intriguées par ces « faiseurs de bulles ». Marc déclenche avant qu’elles ne s’éloignent trop. Nous nous regardons : est-ce qu’on a rêvé ? puis les bras s’écartent pour dire : non, mais ! tu as vu ça ?!! non, mais tu l’as vu ?!!! j’y étais moi !! oui j’y étais !!
Je fais le geste « « fin de plongée » après une telle scène, on peut tout arrêter ! mais malgré tout, nous poursuivons la plongée. Mais même la tortue verte affalée sur un corail tabulaire, ne nous enlève pas les petites étoiles qui brillent dans nos yeux…
On me demandait il y a quelque temps « « quelle est ta  plus belle plongée ? » ce à quoi je répondais, vous vous souvenez,  « mais c’est celle que je n’ai pas encore faite ! » je le pense… cependant je dois dire que cet instant que je ne pensais vivre que devant ma  télévision au travers des reportages, m’a procuré une telle émotion, qu’il  y aura forcément un avant et un après 8 juillet 2013 ! une rencontre si improbable, due au  fait que nous étions là au bon endroit, au bon moment. Ce  n’est pas simplement de la chance ? mais peut-être bien un coup du destin … ?

@bientôt pour d’autres bulles merveilleuses !!

Paskalelei


Photo Marc Foret

 
baleine baleine

 

 

The US barges  
 

Le 28 mai 1942, 2000 GI's arrivent à Wallis en empruntant la passe "Fatumanini". La présence américaine se chiffera jusqu'à 6000 hommes. Ils débarquent avec un impressionnant matériel.

cf.rubrique histoire.

Avant de partir, en 1944, ils coulent dans le lagon et dans le lac Lalolalo, du matériel militaire. A ce jour, nous avons retrouvé dans le lagon, 2 barges et un ponton.

Les barges sont posées sur un fond de 42m et le ponton sur un fond de 28m. La descente dans le bleu vers les barges est toujours un grand moment d'émotion car, suivant la luminosité, on n'aperçoit la barge qu'à la fin de la descente. On utilise la méthode du pendeur, et il suffit de suivre le fil d'ariane jusqu'à la barge. Les barges sont assez bien conservées, et on peut distinguer les cadrans dans le poste de pilotage, des hélices de rechange et sur la barge US2, un extincteur arrimé à l'extérieur du poste de pilotage.

barge US1

 
  Fotofenua© 2011 Copyright Freegaia.comPascal Nicomette